• Un chauffard sous l'emprise du cannabis tue un bébé

    Il a été placé en garde à vue et doit être déféré au parquet de Montpellier lundi pour «homicide involontaire par imprudence» et «conduite sous l'emprise de stupéfiants».

    Victime du cannabis à 7 mois. Un bébé est mort samedi dans un accident de la route dans l'Hérault après qu'un jeune homme de 20 ans, sous l'emprise de cannabis, eut violemment percuté la voiture d'un couple de Montpelliérains.

    En plein après-midi, la famille roulait dans la commune littorale de Pérols quand, à un rond-point, elle a été emboutie par l'arrière. Sous l'effet du choc, la sangle qui retenait le nourrisson dans un couffin lui-même attaché sur la banquette arrière a cédé, projetant le bébé contre le siège du conducteur. «Le choc a été si important que l'arrière de la voiture a été enfoncé de 50 centimètres», précisent les forces de l'ordre. «Il a fallu ensuite désincarcérer l'enfant.» Hospitalisé dans le coma, il est mort dans la soirée. La mère a été légèrement blessée, le père est indemne.

    Le chauffard, domicilié à Aigues-Mortes (Gard), a été contrôlé positif au cannabis. La mesure de son taux d'alcoolémie n'a rien révélé. Il a été placé en garde à vue et doit être déféré au parquet de Montpellier lundi pour «homicide involontaire par imprudence» et «conduite sous l'emprise de stupéfiants». Selon le procureur adjoint de la République à Montpellier, Patrick Desjardins, le jeune homme a déclaré avoir eu «un moment d'absence».

    Des risques multipliés par deux

    La brigade des accidents et des délits routiers de la Direction départementale de la sécurité publique de l'Hérault est chargée des investigations. Le corps du nourrisson sera autopsié pour déterminer les circonstances exactes de sa mort.

    À la différence de l'alcool, il n'y a pas de taux toléré au volant pour les stupéfiants. La prise de drogue, et plus particulièrement de cannabis - première drogue consommée dans l'Hexagone - multiplie par deux les risques d'accident, et «par 14 si elle est associée à l'alcool», souligne le rapport annuel 2011 de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP). Un mélange détonant «observé dans plus d'un tiers des cas mortels avec facteur cannabis», précise le rapport.

    Cette année encore, de nombreux accidents où le cannabis était en cause ont été relevés. En septembre et octobre derniers, à Nice et à Cannes, on se souvient de ce policier et de ces deux jeunes femmes tués par des chauffards sous l'emprise de stupéfiants. Ils les avaient percutés après avoir grillé un feu rouge et pris un sens interdit en roulant à plus de 100 km/h.


    3,1 % des accidents mortels étaient liés à la drogue en 2010

    En 2010, 3,1 % de l'ensemble des accidents mortels sur la route étaient liés à la prise de drogue, selon le rapport 2011 de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP). Sur les 511 accidents corporels enregistrés où au moins un conducteur avait subi un test positif au cannabis, 110 étaient mortels, provoquant 122 décès. Mais selon l'observatoire, la réalité serait «inévitablement plus élevée» à cause des tests salivaires «encore trop rarement pratiqués pour des raisons pratiques et de coût» et du retour de leurs résultats «parfois trop tardif» pour renseigner les statistiques.

    Mis en place en 2008, ces tests enregistrent de vraies «explosions» dans certains départements, quand les forces policières les multiplient. En Haute-Garonne, la hausse des délits de conduite sous l'emprise de stupéfiants a grimpé de 140 % au cours des six premiers mois de 2012 par rapport à la même période en 2011. Mais la statistique nationale indique une baisse du taux de positivité de 0,7 %, passant de 13,1 % en 2009 à 12,8 % en 2010. Et de 1,5 % dans les accidents mortels. En 2009, ces infractions se sont traduites par 10 627 condamnations (+ 52 % par rapport à 2008), et représentaient 0,51 % du nombre de points retirés en 2010.

    Delphine de Mallevoüe


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :