• Démocratie en RDC: Joseph Kabila a répondu aux vives critiques de François Hollande

     RFI - Le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, a officiellement clos, dimanche 14 octobre 2012, le 14ème sommet de la Francophonie à Kinshasa. Les remarques acerbes sur la démocratie et les droits de l'homme en RDC, de François Hollande, ont été beaucoup commentées par les observateurs. De même, les réactions du président Kabila ont été disséquées. Finalement, malgré les critiques sévères, le président congolais ne se sort pas si mal de ce Sommet de la Francophonie.

    Avec nos correspondant et envoyés spéciaux,

    Le président français avait longuement réfléchi et consulté avant de finalement décider de se rendre à Kinshasa pour le sommet de la Francophonie. Car la marge de manoeuvre de François Hollande était étroite : comment venir dans un pays où les dernières élections ont été entachées de graves irrégularités ?

    La stratégie du président français -de multiplier avant et pendant le sommet de petites phrases assassines sur le processus démocratique congolais-, a été parfois à la limite des usages diplomatiques.

    En s’affichant ouvertement avec les responsables de la société civile, François Hollande a légitimé l’action de ces organisations de défense des droits de l’homme. L’objectif de cette campagne était de faire endosser par la famille francophone le débat sur la gouvernance démocratique et les droits de l’homme au Congo, mais aussi ailleurs.

    L’objectif a été en partie atteint. Jamais dans les annales des sommets de la Francophonie, on avait autant parlé de nécessaire réforme démocratique. La déclaration de Kinshasa reconnaît par exemple le rôle de la société civile et des organisations de défense des droits de l’homme. Le choix du pays qui accueillera le prochain sommet est à ce titre révélateur. Entre la démocratie sénégalaise et le régime de parti unique vietnamien, c’est le Sénégal qui a été choisi et ce n’est pas un hasard.

    Le président congolais finalement peu déstabilisé

    Mais en fin diplomate, François Hollande a aussi accompagné ses critiques de gestes à l’égard de Kinshasa. La France soutient ainsi ouvertement la République démocratique du Congo dans le conflit qui l’oppose dans l’est du pays à des rebelles soutenus par le Rwanda.

    Joseph Kabila a même obtenu une résolution de l’Organisation internationale de la Francophonie soutenant la RDC dans la guerre de l’Est. Le Rwanda a été montré du doigt. Cela a permis de dire que les grandes violations des droits de l’Homme se passent à l’Est et ne peuvent donc être imputées au pouvoir de Kinshasa. Joseph Kabila qui se garde toujours de désigner lui-même le Rwanda comme l’agresseur, utilise pour sa défense un fait historique. Le régime dictatorial de Mobutu a été balayé alors qu’il était soutenu par les Occidentaux, les mêmes qui critiquent le Congo d’aujourd’hui.

    Joseph Kabila, qui avait failli renoncer à accueillir le sommet de la Francophonie, au prétexte de la guerre à l’Est et de son coût avant de se laisser convaincre par quelques uns de ses proches, à commencer par le ministre de la Communication Lambert Mende, n’a donc finalement pas été tellement déstabilisé par les critiques de François Hollande et du Premier ministre canadien sur le non-respect de la démocratie et des droits de l’homme en RDC.

     

    C'est lors de la conférence de presse finale que Joseph Kabila a répondu au président français

    Joseph Kabila a attendu la conférence de presse finale pour répondre à François Hollande sur ses critiques… comme à son habitude, avec très peu de mots: «... La République démocratique du Congo n’est pas du tout complexée… nous pratiquons la démocratie dans ce pays par conviction et pas par contrainte …»... Yamina Benguigui, ministre de la Francophonie, a abordé la question avec plus de modération que François Hollande: «il n’y a pas de leçon à donner, il y a simplement un curseur à faire bouger...»

     

    15/10/2012 par Bruno Minas


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :