• AFRIQUE-FRANCE-POLITIQUE-ANALYSE

    La Françafrique est vouée à une mort certaine, selon un économiste

    Dakar, 11 oct (APS) – Les réseaux ''affairistes'' dictant leur volonté aux relations franco-africaines, communément appelés Françafrique, ''sont voués à une mort certaine'' devant les ''nouvelles et fortes relations'' qu'entretient l’Afrique avec les pays émergents, selon l’économiste et ancien ministre sénégalais de l’Hydraulique, Mamadou Faye.

    ''La Françafrique est vouée à une mort certaine, compte tenu de la complexité des rapports internationaux et surtout des nouvelles et fortes relations que l’Afrique entretient avec certains pays émergents, dont l’Inde, le Brésil et la Russie'', a soutenu M. Faye dans un entretien avec l'APS. 

    Les pays émergents déjà cités, avec lesquels certains Etats africains dont le Sénégal, renforcent maintenant leur coopération, sont ''les forces économiques de demain'', a-t-il dit. 

    ''La gestion d’un pré carré'' en Afrique par la France, ''tel que cela était en vigueur après les indépendances africaines, est un format dépassé'', a déclaré Mamadou Faye, secrétaire national chargé des questions économiques et de la bonne gouvernance au bureau politique du Parti socialiste (PS) du Sénégal. 

    Les autorités françaises sont conscientes de ce changement, a-t-il laissé entendre : ''La France entretient des relations économiques et financières avec les pays anglophones d’Afrique, le Nigeria et l’Afrique du Sud notamment qui, en termes de volume et de qualité d’échanges, lui offrent plus que ceux du pré-carré.'' 

    ''L’Afrique développe en son sein la démocratie et la citoyenneté. De nouvelles forces ne s’identifient plus à la France, dans leur cursus académique à cause, en partie, des restrictions appliquées sur les visas destinés aux travailleurs et aux diplômés du continent'', a souligné M. Faye.

    ''Aujourd’hui, les jeunes Africains, avec le développement de nouvelles filières scientifiques et technologiques, se dirigent vers les pays anglo-saxons : Canada, Inde, Grande-Bretagne, etc. Le primat de l’anglais sur le français bouleverse aussi le schéma de base induit par le pré carré. D’où l’importance et la nécessité de développer la Francophonie sur les plans scientifique et culturel'', a-t-il analysé. 

    M. Faye pense que pour bien se positionner dans les relations internationales, ''la Francophonie doit développer sa capacité à prendre en charge les préoccupations de cette nouvelle jeunesse africaine connectée aux progrès de la technologie et de la science''. 

    Il a aussi souligné que ''si l’Europe ne développe pas des relations avec l’Afrique, elle ne peut empêcher l’Asie et l’Amérique de le faire''. ''En Afrique, l’Europe a un avantage positionnel, c’est-à-dire le fait qu’elle est le continent des pays coloniaux (Espagne, France, Portugal, etc.). Mais, un avantage qu’elle peut perdre bêtement'', a dit l’ancien ministre de l’Hydraulique, de 1993 à 2000. 

    ''[…] Si ce continent-là (l’Europe) lâche l’Afrique, a-t-il averti, il ne faut pas qu’elle s’étonne des nouveaux développements des relations économiques et des échanges qui se développent autour de la Chine et des Etats-Unis.''


    ESF/AD/DND


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :