• Cet été, on a eu du Van Persie à Manchester United, du Modrić au Real, du Hulk au Zénith, du Zlatan et du Thiago Silva au PSG. Forcément, on s’attendait à ce que janvier soit tout aussi festif. Bah, pas vraiment… 

    Van Persie, Modrić, Zlatan, Thiago Silva, Lavezzi, Cassano, Palacio, Mutu, Barton, Negredo, Javi Martínez, Javi García, Asamoah, Santi Cazorla, Oscar, Hazard, Berbatov, Maicon, Borja Valero, Kagawa, Júlio César, Giovinco, Lloris… Avec quelques mois de recul, les transferts de l’été 2012 ont de la gueule. Une sacrée gueule même. Le PSG a dominé ce mercato, faisant des folies avec ses millions de dollars qataris. En tout, 107 millions d’euros dépensés et un club transformé. Le club parisien s’est même permis une petite friandise, en faisant signer Lucas Moura, qui n’est arrivé à Paris qu’au mois de janvier. Cette signature sexy semblait être un avant-goût de ce qu’allait être le mercato hivernal. Celui que l’on surnomme en Italie « le mercato de réparation ».

    Mais pour le moment, il n’en est rien. Personne ne semble avoir envie de réparer, et encore moins de sortir des gros chèques en plein milieu de saison. Les deux plus gros transferts de cette session hivernale ont eu lieu en Angleterre. Il s’agit de ceux de Demba Ba, qui a quitté Newcastle pour Chelsea contre une jolie somme de 8,5 millions d’euros, et de Daniel Sturridge, qui rejoint Liverpool pour 14 millions d’euros. Mais à part ça, quoi ? Debuchy à Newcastle ? Mouais. Pato aux Corinthians ? Mouais. Chamakh à West Ham ? LOL. Şahin à Dortmund ? Pour les nostalgiques. Giuseppe Rossi à la Fiorentina ? Pour les rêveurs. Mais sinon, rien de bien fou à se mettre sous la dent. Pourquoi donc ?

    Liquider les gros salaires

    Déjà, une chose. Les clubs n’ont pas d’argent à dépenser. Pour le moment, depuis l’ouverture du mercato, les 98 clubs qui composent les cinq grands championnats européens ont déboursé 60,8 millions d’euros (38,4 pour la Premier League, 13,85 pour la Bundesliga, 3,9 pour la Ligue 1 - Lucas a été payé cet été -, 3,15 pour la Serie A, 1,5 million pour l’Espagne). C’est peu. Très peu. L’Espagne et l’Italie, notamment, n’ont pas le moindre sou à dépenser, et préfèrent miser sur des prêts, ou des joueurs en fin de contrat. Ce qui n’est pas forcément monnaie courante au mois de janvier. En gros, les clubs tentent surtout de se servir du mercato de janvier pour liquider. Liquider les gros salaires inutiles, ceux des joueurs qui ne jouent pas assez, notamment. Après quoi, avec les sous économisés, les dirigeants peuvent choisir (ou non) de réinvestir. Le Milan AC, par exemple, crie sur tous les toits qu’il n’a plus d’argent à dépenser. Toutefois, le club de via Turati vient de récupérer 15 millions d’euros de la vente de Pato aux Corinthians. Une belle somme, qui, logiquement, devrait être réinvestie pour un nouvel attaquant. On parle de Drogba, mais pour le moment, Milan ne s’est pas bougé le cul.

    Et le cas du club milanais est symptomatique. La Juve, l’Inter, Manchester United, Manchester City, le Bayern, le Real, le Barça : aucun des grands clubs européens ne s’est décidé à recruter. Parce qu’ils considèrent que leurs effectifs sont déjà complets ? Peut-être. Peut-être aussi que l’on préfère désormais « investir malin », pour ne pas se retrouver quelques mois plus tard avec un gros salaire sur les bras, dont on ne sait plus comment se débarrasser. En gros, le mercato d’hiver est surtout là pour peaufiner les détails. Les entraîneurs ont eu quatre mois pour voir leur équipe à l’œuvre, pour analyser ses défauts et ses qualités. Les transferts de janvier permettent de boucher les trous, de combler les fissures. Mais comme les moyens économiques sont désormais limités, et que chacun regarde ses comptes avant de faire une folie, il faut savoir jongler. Trouver la bonne perle à moindre coût, voire gratuitement. Comme Málaga, qui vient de récupérer gratos la pépite de Chelsea, Piazon. Ce genre de jolis coups, quoi.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :